/ Digital
/

Digital

Helvetica : histoire d’une typo célèbre

La typographie joue un rôle primordial dans la création graphique. Dans l’image d’une marque par la création de son identité et de son logotype, pour donner du caractère à un texte ou en permettre la meilleure lisibilité possible, la typographie combine l’esthétisme et le fonctionnel.

Parmi les nombres polices existantes, l’Helvetica fait partie des plus célèbres et des plus utilisées aussi bien par les grandes marques de luxe que par des petits commerces de proximité.

typographie-helvetica

Histoire

La police Helvetica a été créée en Suisse, en 1957 par Max Miedinger (1910-1980) un graphiste de la fonderie typographique Haas. Inspirée par la police Akzidenz-Grotesk, elle a d’abord été nommée Die Neue Haas Grotesk.
Au début des années 1970, le « parrain de l’Helvetica », Mike Parker, a retravaillé la police pour la rendre compatible avec la machine à composer Linotype. Elle prend alors son nom définitif de Helvetica – qui veut dire suisse en latin – et devient populaire.

Une police linéale

L’Helvetica est une police linéale  (ou « grotesque ») qui se caractérise par l’absence d’empattements. Ces polices, aussi appelées sans sérif, se sont développées au début des années 1920, sous l’influence du Bauhaus. Cette école, devenue courant artistique, mêle de nombreuses disciplines notamment le design et l’architecture et privilégie le fonctionnalisme plutôt que l’esthétisme. Les polices linéales sont issues de la tradition des affiches et enseignes.

Neutralité et lisibilité

Max Miedinger a créé l’Helvetica dans un esprit de neutralité. Ainsi, dans la tradition du Bauhaus, le but est de faire ressortir le contenu et non le caractère en lui-même, la typographie ne doit pas influencer le sens du texte. C’est d’ailleurs une des polices les plus lisibles du monde qui est utilisée notamment, pour la petite anecdote, dans les cabinets d’ophtalmologie.

Un véritable mythe

Cette police de caractères connaît toujours un véritable succès. Depuis le début des années 1970, avec l’essor de la communication et de la publicité, de nombreuses entreprises (Panasonic, American Airlines, Lufthansa, Toyota, American Apparel, Samsung et bien d’autres) l’ont incorporée à leur charte graphique, leur logo ou leurs affiches. Sa simplicité et sa lisibilité en font également une police privilégiée pour la signalisation. Ainsi le métro new-yorkais adopte l’Helvetica comme police officielle en 1989 et l’utilise maintenant pour toute sa signalétique.

Sa présence constante dans notre quotidien et sa popularité sont telles que le designer Michael Vanderbyl dira « au début des années 70, Helvetica n’était pas une police de caractères mais un mode de vie » et qu’à la même époque, elle fut critiquée par les mouvements de contre-culture qui s’érigeaient contre l’uniformise et le consumérisme de la société.

Elle inspire également de nombreux artistes pour leurs pochettes de disque (Massive Attack, Red Hot Chill Peppers, Frank Sinatra, The Beatles…).

La rivalité Helvetica – Arial

Microsoft choisira l’Helvetica pour son logo en 1987. Mais c’est l’Arial, créée en 1982 par Monotype, qui sera choisie comme police par défaut sur les applications Windows par volonté de réduction des coûts, les droits d’auteur de l’Helvetica étant trop importants pour la compagnie américaine.

Les graphistes savent distinguer les deux polices au premier coup d’œil : même si la largeur des caractères est identique, les lettres de l’Helvetica sont coupées à l’horizontale ou la verticale, alors que celles d’Arial sont biseautées entre autres différences.

Un petit test en ligne permet même de tester ses connaissances en la matière.

Helvetica et les medias

Malgré l’omniprésence de l’Arial au niveau informatique, c’est bien l’Helvetica qui fait figure de star, un livre lui est même consacré en 2002 Helvetica: Homage to a Typeface, jouissant d’un succès inattendu avec plus de quinze mille exemplaires vendus.
En 2007, étaient fêtés les 50 ans de la police créée par Max Miedinger. A cette occasion, un film documentaire a été réalisé par Gary Hutswit abordant l’influence de l’Helvetica sur la typographie, le design graphique et la culture visuelle.

Le succès de l’Helvetica démontre l’importance de la typographie dans notre société actuelle. Des webséries (Sacrés caractères) et des jeux vidéo (Type:Rider) y sont même consacrés.

Si vous souhaitez bénéficier de l’expertise typographique de Pix Associates pour la création de votre identité visuelle et de votre logo ou pour vos supports d’édition, n’hésitez pas à contacter notre équipe.

Sources : [1] graphemes.com ; [2] paris.blog.lemonde.fr ; [3] webdesignerdepot.com ; [4] webdesignerdepot.com ; [5] artofteasing.fr

Publié dans Pix Digital | Marqué avec , | Commentaires fermés