/ Digital
/

Digital

Vers plus d’intelligence connectée avec le web ambiant

Nous sommes « de plain-pied dans le web 3.0, le web sémantique, qui est celui de la mobilité, des objets connectés et des données » [1], d’après la journaliste Emmanuelle Leneuf. Et pourtant, le web 4.0 connu sous le nom de « web intelligent » nous rattrape à grande vitesse… Il semblerait que la transition entre ces deux évolutions s’établisse par le biais du web ambiant, dont l’arrivée est imminente.

objet-connecte-web-ambiant

Le web 3.0, les prémisses du web ambiant ?

Le web 3.0 ou web sémantique

Complexe, le web 3.0 englobe de multiples tendances technologiques qui ne cessent d’évoluer et de se perfectionner. Cette troisième évolution du web aurait fait son apparition en 2010, selon la netnologue Caroline Faillet. Intégré dans notre quotidien, le web 3.0 dit « smart web » est tourné vers la pertinence, l’individualisation et la personnalisation pour une expérience client 3.0 axée autour de technologies innovantes, telles que la réalité virtuelle, la réalité augmentée ou la 3D. Le web 3.0 tend à combiner à la fois l’internet classique, l’internet mobile et l’internet des objets.

D’après le CEO de Linkbynet, Julien Trassard : « il serait étonnant que [les] systèmes [du web 3.0] ne soient pas des standards d’ici 2025 » [2]. Et pour cause, les technologies du web 3.0 vont continuer à se déployer à grande échelle, comme par exemple le Cloud Computing ou encore le web 3D (contenu 3D interactif).

A lire aussi : Une vitrine interactive pour révolutionner l’expérience d’achat

Le Big data

Centré sur la connaissance de l’utilisateur, le web sémantique permet de redonner du sens aux données et de les contextualiser. Du fait que les algorithmes soient plus « intelligents », les moteurs de recherche proposent des résultats plus ciblés et affinés, adaptés aux besoins des internautes et mobinautes, en fonction de leur géolocalisation. Cependant, subsiste la question de la vie privée et de la protection des données, avec notamment la montée en puissance du web mobile et du web ambiant (dont le “Voice ID”).

A lire aussi : L’ePrivacy ou la guerre contre les cookies tiers

Internet of things

L’Internet des Objets (IdO) ou « Internet of Things » (IoT) correspond aux échanges de données entre les objets et les utilisateurs, connectés grâce à internet ; ayant pour visée d’améliorer l’expérience client. D’ici 2018, « le nombre d’objets connectés s’évaluera à 6 milliards. Tandis que d’ici 2025, chaque foyer disposera d’une trentaine d’objets connectés » [3], d’après le cabinet d’études Gartner. Avec l’explosion des objets connectés, notre mode de vie va donc se voir chamboulé, ainsi que les modèles d’affaires des entreprises.

Le web ambiant, le web 4.0 de demain ?

Vers la phygitalisation

A l’occasion de la conférence « L’aube de l’internet ambiant » à l’Unexpected Sources of Inspiration (USI) en 2016, Nicolas Demassieux, vice-président senior d’Orange Labs, est intervenu pour définir ce concept. Selon lui, le monde va être enrichi d’informations : « Les objets du quotidien vont être dotés de capteurs capables d’interagir avec internet. Avec la multiplication de ces capteurs, l’internet cérébral va être doté de sens et de muscles ; et, nous espérons qu’il sera aussi doté de cœur » [4]. Le web ambiant va transformer notre relation au monde physique et au monde digital ; nous parlons déjà d’un phénomène de phygitalisation. Pour Nicolas Demassieux, c’est vers une planète augmentée et donc ultra-connectée que nous allons nous diriger ; où l’objet aura une intelligence locale et de ce fait, ne sera plus inerte.

Vers une ère post-smartphone

Certains prédisent l’arrivée du web 4.0 en 2020 ! Associée au web intelligent, mais aussi perçue comme un web « symbiotique », la quatrième évolution du web s’apparenterait à une ère de l’interconnexion. Bien que cette notion soit encore floue, il semblerait que le web ambiant participe à la construction du web de demain : le web 4.0.

Tourné vers des interfaces conversationnelles qui entrent de plus en plus dans notre quotidien, le web ambiant dessine le début d’une ère post-smartphone où les objets connectés sont équipés d’une interface à commande vocale, dite « naturelle ». Pour le professionnel en marketing Frédéric Cavazza, « interfaces vocales et web ambiant sont donc les deux faces d’une même pièce » [5].

Les objets connectés dotés d’une interface vocale ont pour visée de révolutionner l’expérience des utilisateurs. Pour se préparer à cette ère post-smartphone, Frédéric Cavazza préconise aux entreprises de commencer à jouer avec les chatbots. D’après une prévision de Kantar : « en 2017, les marques mixeront humains et bots pour gérer la relation aux consommateurs » [6]. Tandis que selon le cabinet Motley Fool : « 85% d’interactions avec le client ne nécessiteront plus de main d’oeuvre humaine » [7].

A lire aussi : Qu’est-ce qu’un bot et à quoi cela peut-il servir ? Est-ce l’avenir du web ?

Interfaces vocales et web ambiant : « les deux faces d’une même pièce »

A ce jour, parmi les technologies existantes, mais non disponibles en France, on note l’enceinte connectée Echo d’Amazon avec son assistant personnel Alexa. Récemment, le géant du web a annoncé vouloir améliorer le système de reconnaissance vocale d’Alexa, en lui permettant d’enregistrer des empreintes vocales en vue de différencier ses utilisateurs. Pour faire concurrence à Amazon, en octobre 2016, Google a présenté son enceinte connectée Home, dotée de multiples fonctionnalités.

Notre agence vous apporte des solutions pour développer votre projet de façon créative, en vue d’attirer l’attention de vos clients potentiels. N’hésitez pas à contacter notre équipe pour une étude de votre projet.

Sources :
[1] brandnewsblog.com ; [2] commercemonde.com ; [3] et [7] objetconnecte.com ;
[4] Nicolas Demassieux – L’aube de l’internet ambiant ; [5] fredcavazza.net ; [6] ladn.eu ;

Publié dans Pix Digital | Marqué avec | Commentaires fermés