/ Publishing
/ Paris

Buvette à Camille Opération Buvette by Pix & FeGH

La buvette à Camille

Après le succès de Noglu, CheZaline… Voici la dernière trouvaille de FeGH… et pas des moindres : « La Buvette à Camille » !

Fraîchement ouverte il y a à peine quelques mois rue Saint Maur, Camille et sa buvette n’ont pas fini de faire parler d’elles (parutions en ribambelles : A Nous Paris, le Figaroscope, le Fooding, deux parutions dans l’Express et l’Express Style…). Tout le monde raffole de cette ancienne crèmerie-épicerie, où l’on vient classe croûter… et avec qualité !

la buvette2

Goût de food de FeGH pour ce lieu authentique et unique au style rétro bourré de charme. Petit bijou traditionnel où il y a à boire et à manger dans la bonne humeur.

FeGH Penseur en nourriture

Découvrez l’article du Figaroscope en cliquant ici

Publié dans Paris, Pix Publishing | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés
 
/ Publishing
/ Paris

Malongo Pix et Malongo un bon expresso

Excite le système nerveux, stimule le cœur, réchauffe le corps… Quoi de mieux qu’un bon café. Pix & Associates et FeGH s’ajoutent à la tasse de Malongo.

Union des saveurs et savoirs
Malongo c’est l’engagement, l’effort et le partage. La qualité du produit réside dans le respect du conditionnement, simple qui soutient l’engagement auprès des petits planteurs. Une diversité des terroirs qui font la richesse de ce café. PME familiale, dynamique et engagée. 7 000 tonnes de café torréfié par an. L’éthique de la qualité et de l’engagement des collaborateurs est la clé de leur réussite.

Des engagements forts de café
Malongo soutient les pays producteurs et va encore plus loin avec du commerce équitable, de l’éco-tourisme
Ce qu’on retient : le respect (du produit, des hommes qui le cultive et du plaisir de la clientèle). Graines par graines ils suivent le chemin du café, de la plantation à la tasse. Spécialiste des cafés français haute gamme. Premier intervenant des cafés issus du commerce équitable et de l’agriculture biologique depuis l’engagement pionnier de la société en 1992.

FeGH en mission
Cogite pour agrémenter les quatre moments d’une pause café, allant du petit déj sans omettre le p’tit creux de 11h, ni zapper le déjeuner sur le pouce et sans se priver du quatre heures ; s’ajoutant au savoir faire de Malongo qui a hissé l’expresso au rang d’Art, multipliant les concours comme le championnat français de Barista.

Publié dans Paris, Pix Publishing | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés
 
/ Publishing
/ Paris

100% Mag Frédérick e. Grasser Hermé dite FeGH en exclusivité sur M6

Qui ? Frédérick e. Grasser Hermé (FeGH) invitée à 100% MAG

Quoi ? Au menu : une recettes de piments végétariens confits. Trucs et astuces et tous les secrets ce soir.
Quand ? lundi 8 octobre, 18h50 sur M6

FeGH en quelques AAA !
Artifoodeuse au service de l’Art de la bouche
Agitatrice culinaire renommée
Auteur 100% certifié.

FeGH un petit piment aux papilles aguerries
FeGH nous apprend tout sur la cuisine, goût de food assuré
Pix & Associates et FeGH une histoire d’Amour fusionnelle et pétillante

Publié dans Paris, Pix Publishing | Marqué avec , , , , , , , , , | Commentaires fermés
 
/ Publishing
/ Paris

CheZaline C’est notre dada et ça vaut le goût

Delphine Zampetti CCC*, fondatrice du lieu parisien « CheZaline » a confié ses relations presse à la directrice de création du Groupe Pix & Associates Paris, Frédérick e. Grasser Hermé.

Motivée par un travail innovant et guidée par son amour pour la cuisine, notre penseur en nourriture a su transmettre des émotions et susciter l’intérêt auprès des journalistes pour l’impertinence de ses communiqués de presse.
Créative et expérimentée, FeGH a donc élaboré cette campagne en apportant un regard aguerri et une expertise culinaire inégalée.

Le plaisir avait un nom, désormais il aura une adresse : 85 rue de la Roquette 75011 Paris

Parlons de « CheZaline », c’est une ancienne boucherie chevaline, années 50 dans le moindre détail, où Delphine Zampetti a installé sa « cuisine comptoir familiale ». « J’ai eu un coup de foudre pour ce lieu qui a une histoire, donc je l’ai conservé dans son jus« . A l’intérieur, 28m2 grattés au rasoir centimètre par centimètre, frottés et re-frottés à la main jour après jour. Les murs sont jaune poussin laissant juste un pan aux carreaux noirs. Vous pourrez également admirer le détail d’un rail à l’ancienne ceinturant tout l’espace.

Son inspiration? Pêchée directement dans les casseroles de Raquel Carena, l’exceptionnelle cuisinière du Baratin. Mais pas seulement ! Dans les livres de cuisine dévorés au kilomètre sans oublier des origines italiennes bien trempées.
En bref, CheZaline les produits sont frais, de qualité et préparés à la minute.

Des relations presse maîtrisées…

Frédérick e. Grasser Hermé a tissé au fil des années des relations de confiance auprès des médias afin d’établir un lien permanent et stable lui permettant de communiquer de manière redoutablement efficace. De fait, elle a su faire véhiculer un message fort qui a retenti au delà de la clientèle traditionnelle de Delphine Zampetti. Une action qui a permis de générer de nombreuses retombées presse notamment sur des blogs d’influence, plusieurs passages sur France Info avec une présentation dans l’émission « A toutes saveurs » de Laurent Mariotte ainsi que de nombreux articles dans des magazines prestigieux entre autres Le Monde, Le Nouvel Observateur ou encore le New York Times

*CCC : Cuisinière Charcutière Crémière

Publié dans Paris, Pix Publishing | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés
 
/ Publishing
/ Paris

LE BON MIXTE DE PIX Abolir pour mieux jouir – FeGH l’artifoodeuse qui déchire

Agitatrice culinaire, FeGH nous fait passer à la casserole. Révoltée des fourneaux, elle en appelle à nos sens et nous apprend à réfléchir avec la langue… Car la bouche a aussi un cerveau ! Crème de la crème de la cuisine contemporaine… Avec FeGH on est sûr de boire du p’tit lait !

Génie mais pas ingénue… FeGH sait ce qu’elle fait. Elle mijute toujours quelque chose. Parle franchement et sûrement… elle  n’y va pas avec le dos de la cuillère. Dure à cuire et ça lui réussit : son travail porte ses fruits. Un zeste de rébellion… elle n’est pas la tasse de thé de tout le monde. Et pour cause, elle sème le trublion dans les assiettes et les têtes. Socrate était le taon qui piquait les esprits…FeGH est l’abeille qui éveille votre goût.
Entre la poire et le fromage, goûtez cet article du Citizen K LXIII Diabolica de Pierre Rival… ça ne mange pas de pain.

Publié dans Paris, Pix Publishing | Marqué avec , , , , , , , , | Commentaires fermés
 

FeGH dans les bacs Comment FeGH, directeur de creation Pix & Associates, a ensorcelé Alain Ducasse

C’est l’histoire d’une groupie devenue la cuisinière personnelle du grand chef de palace. De leur complicité est née La Cuisinière du cuisinier, un livre de recettes créées par elle, goûtées et approuvées par lui…

Découvrez le reste de l’article de l’Express Style par Marie-Odile Briet ici

Publié dans En bref, L'Agence, L'Equipe | Marqué avec , , , , , , , , | Commentaires fermés
 
/ Publishing
/ Paris
 

Confidentiel Frederick.e Grasser Hermé chevalier dans l’ordre national du mérite

A l’occasion de la fête de la Gastronomie le 23 septembre 2011 au Ministère de la Culture et de la Communication. M. le ministre de la culture et de la communication Frédéric Mitterand a notamment remis les insignes à 3 femmes de goût que sont : Carole Bouquet, Anne-Laure Leflaive et FeGH, penseur en nourriture et Directrice de Création Pix & Associates . Collection privée et anonyme !!!

 

 

Apollonia Poilâne ne manquant ni de croustillant ni d’humour, a pour sa part remis une interprétation personnelle et originale de l’insigne de chevalier dans l’ordre national du mérite à FeGH pour honorer toute son œuvre gourmande.

 

Discours de Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la

Communication, prononcé lors de la remise des insignes de

Commandeur dans l’ordre des Arts et des Lettres :

« Chère Frédérick E. Grasser-Hermé – permettez-moi de vous appeler FeGH,

La monotonie de la pensée, l’orthodoxie de la gastronomie, les associations de

goût attendues et convenues ne sont pas votre genre, pas plus que le snobisme

des lèvres pincées, des bouches en coin, les saveurs estropiées ou trop souvent

édulcorées. Vous êtes la reine des facéties comestibles et gourmandes et des

micmacs savants entre comique et sérieux, entre monochrome et polytonalité,

entre déglingue et harmonie. À titre d’exemple, je ne résiste pas à la tentation de

citer un passage d’une de vos recettes-biker qui passera certainement à la

postérité, n’en déplaise à Brillat-Savarin – une Elucubration pour camembert

flaqué, dans laquelle vous nous offrez une virée gustative sur une Harley Fat Boy

1340 cm3 : « Par mesure de précaution, enveloppez 2 fois dans un aluminium

renforcé, très haute résistance, un camembert au lait cru, mais tempéré[…]. Calez

la papillote verticalement près de la culasse, à l’entrée du collecteur

d’échappement et du cylindre arrière, la place idéale. Ajustez le casque et la

jugulaire, enfourchez la machine, au compte-tours vous êtes plein gaz. À 6 km

retournez à la case départ, c’est cuit à 12 km à 180 °C. » J’essaierai sur mon

scooter, on ne sait jamais, s’il venait à se prendre pour une Harley, ça pourrait bien

marcher.

Moi qui ne suis pas un très grand cuisinier – je ne sais pas, par exemple, ce que

signifie « un jus de poulet non réversible » – je vais tout de même, pour rendre

hommage à la hauteur de votre créativité et de votre talent, tenter de vous livrer

une petite recette.

Dans une grande cocotte, SEB et jaune de préférence, placez une petite fille qui

s’invente des histoires pour manger, ajoutez une grande cuiller de curiosité et trois

pincées de fantaisie. Faîtes cuire à feu doux sans décompression jusqu’à ses

trente ans. Sortez la bête, laissez-la à la diète dans un frigo pendant deux jours,

puis préparez lui un foie gras poêlé déglacé au vinaigre avec des petits radis noirs

braisés et une poularde en vessie cuisinés par Alain Chapel à Mionnay. Là, vous

obtenez normalement une jeune parisienne piquée de gastronomie. Laissez-la

mariner dans son épiphanie, puis papillotez-là au festival des Cannes, avant de la

mettre au four chez Alain Ducasse à Juan-les-Pins. À la sortie, vous avez un

monument épicurien de la cuisine iconoclaste et électrique.

Cuisinière et conteuse culinaire hors pair à l’imagination débordante comme

l’atteste votre livre Serial Colors, dont le design est dû à votre très talentueuse

complice Matali Crasset, lorsque vous vous installez dans un fauteuil Voltaire, ce

n’est pas pour tricoter la laine, mais des pelotes de betterave Pop Art. Parmi une

trentaine d’ouvrages tous plus iconoclastes les uns que les autres, vous recevez le

Prix Fooding en 2000 pour le tapageur Délices d’initiés, qui fait de la Vache qui rit,

des Carambars, des Chamallows, de l’Orangina, entre autres « cochonneries »

industrielles comme disent toutes les mères, des produits mythiques du XXème

siècle qui ont leur place dans des recueils de recettes toutes plus excellentes et

ludiques les unes les autres. Aussi astucieuse qu’avant-gardiste, vous êtes une

égérie culinaire pour restaurants branchés, comme le Korova, le Black Calvados,

le Costes, ou l’Hôtel Amour pour lesquels vous concevez les cartes. Vous êtes

présente aussi bien en France au restaurant Le Passage Saint-Roch de l’hôtel

Lumen avec le designer Claudio Colucci qu’aux portes du désert marocain à Dar

Ahlam, une Maison des Rêves au beau milieu d’une palmeraie. Un lieu sans

aucun doute idéal pour déguster votre « Couscous c’est moi, un pain c’est tout ! » -

avec son pain perdu mais pas pour tout le monde, mêlé à des pistaches de Bronte,

avec des cédrats de Sicile, un peu de menthe séchée et des raisins ottomans.

C’est avec malice que vous explorez de nouvelles voies en proposant des

performances culinaires dans les musées, en lien avec les expositions qui y sont

présentées. Cela donne vos « compressions » à la manière de César, l’Os à

moelle, caviar bleu à la manière d’Yves Klein ou encore les pâtes molles à la Dali.

Désacraliser la cuisine, lui ôter les oeillères de la componction, tout en lui gardant

ses lettres de noblesse et sa capacité à nous faire rêver : FeGH, c’est tout cela à

la fois, c’est l’irrévérence qui fait respirer, l’« anarchifoodeuse » et agitatrice

culinaire au service des créations qui décoiffent.

Et un grand merci pour nous avoir aidé à agrémenter cette cérémonie de ces mets

séduisants qui pour l’instant nous narguent sur le buffet et dont nous saurons, en

temps voulu, nous venger.

Chère Frédérick E. Grasser-Hermé, au nom du Président de la République, nous

vous faisons Chevalier de l’Ordre National du Mérite. »

 

 

Publié dans En bref, L'Agence, L'Equipe, Le Buzz, Paris | Marqué avec , , , , , , , , , , | Un commentaire