/ Digital
/

Digital

SXO : Qu’est-ce que l’optimisation de l’expérience de recherche ?

Selon une étude de StatCounter : en 2016, les connexions à internet depuis un support nomade (mobile et tablette) s’élève à 51,3% dans le monde, dépassant ainsi les connexions depuis un ordinateur [1]. Dans la mesure où l’expérience de navigation et d’interaction commence dès le premier contact de l’internaute avec le moteur de recherche, Google tend à améliorer l’expérience de recherche des mobinautes avec le déploiement de la technologie AMP (Accelerated Mobile Pages). Les liens dont le temps de chargement est réduit sur mobile dispose de l’indicateur « AMP » pour guider les mobinautes.

sxo-optimisation-experience-recherche

Comme le souligne le PDG de Google, Éric Schmidt : « Google Search est construit pour les utilisateurs, pas pour les sites » [2], d’où cette volonté de favoriser une expérience de recherche toujours plus satisfaisante, en fournissant aux internautes des résultats qui se rapprochent le plus de leurs attentes, et ceci, de façon immédiate. Placé au cœur de la stratégie SXO (Search eXperience Optimization), le comportement de l’utilisateur a une réelle incidence sur le classement d’un site dans les pages de résultats. C’est pourquoi, il est conseillé de ne pas le négliger !

Stratégie SXO : la fusion de l’UX et du SEO

Définition du SXO ou Search eXperience Optimization

Pour certains, le SXO serait le successeur du SEO, tandis que pour d’autres, il s’agirait simplement d’une prise de conscience de son importance. Démocratisé par l’agence allemande SEO Workers en 2010, le sigle « SXO » désigne l’optimisation de l’expérience de recherche, qui combine la notion d’UX (User eXperience) à celle du SEO (Search Engine Optimization). Autrement dit, le SXO met en évidence le fait que l’expérience utilisateur a une influence directe sur le positionnement d’un site dans les résultats de recherche (SERP). Une URL qui apporte de nombreuses conversions aura donc plus de chance d’être classée parmi les premiers résultats.

Quelles actions mettre en œuvre pour réussir sa stratégie SXO ?

Pour répondre aux exigences de Google en termes de référencement ainsi qu’aux attentes des visiteurs de votre site, il est aujourd’hui indispensable d’élaborer une stratégie SXO. Cette dernière permettra non seulement d’accroître la visibilité de votre site, mais aussi de convertir et fidéliser les internautes de votre audience. La stratégie SXO nécessite d’effectuer certaines actions pour capter l’attention et proposer une navigation user friendly aux internautes.

L’équipe Pix Associates peut vous aider à définir les différentes actions à mettre en œuvre pour augmenter vos conversions, notamment à travers :

  • La création de contenu à valeur ajoutée
  • L’optimisation des pages de destination de votre site
  • L’amélioration des performances de votre site grâce à un audit
  • L’élaboration d’un SEOUT ou SEO Usability Testing avec la création de persona et l’invention de scénarios pour tester l’ergonomie de votre site

La recherche en ligne comme expérience utilisateur

Google, un moteur de réponses

Aujourd’hui, Google Search souhaite avant tout s’imposer comme un moteur de réponses. Grâce à son algorithme basé sur une technologie de machine learning, il parvient à se perfectionner pour fournir des réponses pertinentes et de qualité aux internautes, et cherche ainsi à lutter contre la pratique du pogosticking. Avec l’apparition de nouvelles modalités de réponses, telle que la position 0, les sites basés autour d’une stratégie SXO sont alors valorisés dans les résultats de recherche.

A lire aussi : SEO/SEA ou comment gagner en visibilité dans les pages de résultats ?

L’expérience de la recherche vocale

D’après l’étude de Yooda Insight (2016) : « 40,5% des recherches s’appuient sur des expressions composées de 4 mots minimum » [3]. Avec la forte utilisation des supports nomades, les internautes se tournent de plus en plus vers la recherche vocale, laquelle s’articule autour d’un langage naturel. La longue traîne est ainsi sollicitée.

A lire aussi : Comment booster son SEO avec une stratégie de longue traîne ?

Le phénomène « kill the search »

Pour générer du trafic via votre site, il est capital de capter l’attention et marquer l’esprit de l’internaute afin de l’inciter à visiter votre site ultérieurement, sans avoir à passer de nouveau par le moteur de recherche. Telle est l’idée du concept « kill the search », que l’on traduit littéralement par « tuer la recherche ». Pour engendrer ce phénomène, il est recommandé d’opter pour une stratégie SXO qui s’appuie sur l’optimisation des contenus et de l’ergonomie d’un site.

Afin de vous démarquer de vos concurrents, notre équipe met à votre disposition son expertise pour élaborer votre stratégie SXO. Pour obtenir un devis, n’hésitez pas à nous contacter directement tout en précisant votre projet.

Sources : [1] Blogdumoderateur.com ; [2] Webmarketing-com.com ; [3] E-marketing.fr

 

Publié dans Pix Digital | Marqué avec , | Commentaires fermés
 
/ Digital
/

Digital

SMO : L’avenir du web social tourné vers la conversation

Afin de gagner en visibilité, une marque ou une entreprise doit publier de façon régulière des contenus qui engagent sa communauté. Dans la mesure où la conversation représente un facteur-clé important d’aide à la décision, le web social tend à basculer vers un web conversationnel. Selon une enquête publiée le 28 novembre 2016 par FiveThirtyEight : sur 8500 commentateurs, « 18% déclarent utiliser les commentaires pour engager la conversation » [1].

web-social-conversation

Plus que jamais, les interactions sociales via les réseaux sociaux confèrent légitimité et popularité à une société. Cependant, construire et alimenter une discussion via les plateformes et interfaces de conversation (telles que les messageries instantanées) nécessitent un certain effort de la part d’une marque ; mais un effort souvent récompensé par les commentaires positifs des internautes.

A lire aussi : Les bonnes pratiques du community manager

La conversation comme facteur d’engagement sur le web social

« Un internaute sur 3 aujourd’hui choisit une marque suite à une recommandation » [2]. En plus des influenceurs et des ambassadeurs qui ont de l’influence sur les comportements des lecteurs, les commentaires des membres d’une communauté ont eux aussi un certain impact. Les discussions que les posts suscitent sur les réseaux sociaux valorisent les sujets et les contenus des publications. Elles favorisent les interactions : partages, commentaires, réactions… et créent ainsi de l’engagement, d’où l’importance de concevoir les contenus comme des sujets de débat.

De la conversation à l’identification des besoins sur le web social

La qualité des conversations digitales

A l’occasion de la 6ème édition du Salon Stratégie Clients qui s’est déroulé du 18 au 20 avril 2017 à Paris, la société européenne Eptica experte en solutions conversationnelles et collaboratives a présenté son étude annuelle : « Les marques françaises et l’expérience client digitale en 2017 ». Axée autour de la qualité des conversations digitales, cette enquête révèle que 43% des questions posées par les internautes n’obtiennent aucune réponse.

D’après le Président d’Eptica, Olivier Njamfa : « il existe une dichotomie relativement forte entre le fait que les marques répondent finalement assez peu et la qualité des réponses » [3]. Une note moyenne de 81/100 a été attribuée à la qualité des conversations sur différents canaux, à partir des 5 critères suivants : pertinence (85/100), rapidité (84/100), contextualisation (80/100), empathie (78/100) et personnalisation (77/100). Ainsi, l’étude démontre que malgré la pertinence des réponses, il y a un réel manque de personnalisation.

Les robots conversationnels dans les messageries instantanées

« 65% des consommateurs se servent des messageries instantanées pour des raisons professionnelles et/ou pour échanger avec une marque. » [4], selon une étude de Mobile Messaging 2016. Pour faciliter les interactions avec leurs clients, certaines marques ont recours aux chatbots. D’avril à novembre 2016, Messenger comptait plus de 33 000 bots, un chiffre assez surprenant qui en dit long sur l’avenir de cette technologie directement liée à l’expérience utilisateur. Le succès des bots conversationnels provient principalement de leur capacité à humaniser une discussion, ce qui rend ainsi l’échange captivant auprès de l’internaute.

A lire aussi : Qu’est-ce qu’un bot et à quoi cela peut-il servir ? Est-ce l’avenir du web ?

En quoi le web social est-il source d’insight ?

Sur les médias sociaux, les conversations correspondent à une masse de données permettant de constituer un « outil d’aide à la décision » [5], selon le directeur de Synthesio, Nicolas Saintagne. Grâce aux commentaires, les clients peuvent s’exprimer, partager leur avis, poser des questions et entrer en contact plus ou moins direct avec la marque. D’après Karine Lecomte, directrice marketing de Sushi Shop : « les réseaux sociaux sont une mine d’insights » [5], et permettent de connaître les tendances à suivre.

L’optimisation du canal social est indispensable si vous souhaitez démarquer votre société de la concurrence. Pix Associates peut accompagner votre projet en vous aidant à définir une stratégie de référencement social (SMO), adaptée à vos besoins. N’hésitez pas à contacter notre équipe pour obtenir une étude.

Sources : [1] Blogdumoderateur.com ; [2] Lesechos.fr ; [3] Itrnews.com ; [4] E-marketing.fr ; [5] Emarketing.fr ;

Publié dans Pix Digital | Marqué avec , | Commentaires fermés
 
/ Digital
/

Digital

Immersion virtuelle totale au salon Virtuality 2017

La réalité virtuelle a le vent en poupe ! Fin février a eu lieu la toute 1ère édition de Virtuality au Centquatre-Paris. Un salon dédié à la réalité virtuelle (VR) avec plus d’une centaine d’exposants et 70 talks animés par les acteurs de ce marché. L’occasion pour les professionnels mais aussi le grand public de découvrir pendant trois jours complets la french VR à travers des expériences immersives et des tables rondes. Une belle opportunité aussi de se faire un avis.

salon-virtuality

Une tendance forte

La Réalité Virtuelle n’est pas nouvelle mais la qualité des contenus, le niveau technologique, l’implication des grands industriels et la « démocratisation » via les smartphones et les réseaux sociaux ont redistribué les cartes ! L’adoption est massive et le marché semble désormais mature. A la fois technologiques et narratives, ces nouvelles façons de découvrir la réalité offrent de nouvelles manières de raconter les histoires, de stimuler la créativité et les conversations.

La Réalité Virtuelle et Augmentée pourraient bien redéfinir en profondeur la prochaine évolution des réseaux sociaux.

A lire aussi : Une vitrine interactive pour révolutionner l’expérience d’achat

L’avenir de la VR

La VR est un marché en fort développement. En 2016, le marché s’attaque au grand public avec la commercialisation de nombreux équipements tels que les casques VR. D’après l’étude menée par Goldman Sachs «Virtual & Augmented reality, the next big computing platform» publiée en janvier 2016, le marché de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée représentera plus de 80 milliards de dollars d’ici 2025.

Les entreprises françaises excellent dans ce domaine. Elles innovent et s’imposent sur la scène internationale lors d’événements tels que la CES 2017 à Las Vegas. En effet, la start-up Revinax était présente pour promouvoir son application Surgevry qui à l’aide d’un casque VR vous fait vivre à la place du chirurgien des opérations auparavant filmées en bloc opératoire.

Partage de l’expérience Pix

Samedi, Cécile (Chef de projet, Pix Associates) et Clémence (assistante e-marketing Pix Digital) ont tenté l’expérience en participant au salon Virtuality. L’occasion de tester les expériences proposées par les exposants. Voici leurs témoignages et retours sur cette journée :

« Nous avons commencé avec le simulateur de vol créé par la start-up française, Hypersuit. Une fois le casque sur notre tête, nous prenons le contrôle du jeu à l’aide de bras motorisés et nous guidons nos mouvements en baissant ou levant les bras. Nous avions la sensation de planer dans les airs !

Nous avons continué notre tour pour nous arrêter devant Tumulte. Un cylindre de « 4,66 mètres de hauteur et de 6,5 mètres de diamètre dont les parois internes forment un écran à 360° de 80 m2 ». A l’entrée de ce géant, nous avons reçu des lunettes 3D avant d’embarquer dans une expérience collective et interactive.

Après ces deux expériences, nous avons assisté à plusieurs talks. Tout d’abord, celui du co-fondateur de Backlight, une entreprise spécialisée dans l’animation 2D et 3D. Frédéric Lecompte a présenté les travaux réalisés par son équipe en VR. Leur premier projet en VR date de 2014 avec la création de l’application Birdy Kingland. Il a mis en avant l’utilité de cette technologie innovante pour répondre à des problématiques liées à l’immobilier par exemple avec The Camp, un campus qui sera installé dans le Sud de la France et dont Backlight a créé une visite immersive multi-utilisateurs afin d’avoir une prévisualisation architecturale.

A suivi le talk d’Antoine Gilbert, Directeur Brand Strategy de Twitter France. Son intervention visait à présenter l’engagement généré en intégrant une couche VR au live proposé par Periscope lors d’événements. Cette technologie ‘live 360’ a déjà été utilisée lors d’événements internationaux et a rassemblé de nombreux utilisateurs sur les réseaux sociaux. Notamment, le Live 360 lors du défilé de Louis Vuitton en janvier 2017. Avec cette fonctionnalité, les utilisateurs étaient immersion totale avec un contrôle sur les points de vue de la caméra et ils pouvaient twitter en même temps. Une expérience unique qui permet d’être au cœur de l’action. Twitter a mené des études qui mettent en avant que la vidéo 360 a plus d’impact qu’une vidéo classique et crée plus d’engagement.

A lire aussi : Comment réussir son Live vidéo ?

Le salon Virtuality a co-organisé avec Numa un concours de start-up remporté par Timescope. Cette start-up rend accessible et fait vivre des expériences immersives grâce à des bornes pour découvrir l’histoire d’un lieu ou se projeter dans le futur et voir à quoi il ressemblera ».

Et vous, avez-vous envie de vous lancer dans un projet de vidéo immersive à 360° ? N’hésitez pas à contacter nos équipes pour en discuter !

Découvrez l’ensemble des événements où l’équipe Pix s’est rendue :

Sources : [1] Le Monde ; [2] FrenchWeb ; [3]  20Minutes   [4] Usine Digitale  ;  [5] L’ADN 

Publié dans Pix Digital | Marqué avec , | Commentaires fermés
 
/ Digital
/

Digital

Loi Macron : quelles nouvelles relations entre banque et digital ?

Jusqu’ici, les Français étaient très fidèles à leur banque. Cet état de fait pourrait être bouleversé avec l’entrée en vigueur, le 6 février 2017, de la loi Macron sur la mobilité bancaire. La mobilité bancaire en France s’établit à 4% contre 10% dans les autres pays européens. Avec cette nouvelle loi, le big bang aura-t-il lieu ? La loi Macron va-t-elle mettre fin à cette particularité française qu’est la fidélité bancaire ? Comment les banques vont-elles réagir et communiquer après le 6 février ?

 relations-banque-digital

Qu’est-ce que la loi Macron va changer ?

Concrètement, il deviendra plus simple et plus rapide pour un particulier de changer d’établissement. Les banques devront s’occuper elles-mêmes des formalités avec un délai limité à 22 jours. Désormais, il sera très facile pour les clients de quitter leur banque : démarches facilitées, nouveaux arrivants concurrentiels, offres et services attractifs. La loi institue la notion de mandat (prise en charge des deux banques, simplification pour le client). Le client pourra choisir une banque parce qu’il est satisfait de son service. C’est dans ce sens que la BNP Paribas a lancé dimanche 29 janvier une nouvelle campagne. Ce film souligne la capacité de la banque à accompagner ses clients de manière simple, rapide et sécurisée à travers le mobile.

Les banques sont désormais face à des opportunités d’acquisition mais également face à des difficultés de fidélisation

Jusqu’à présent, il n’était pas évident de pénétrer ce marché pour un nouvel acteur (inertie et habi-tudes des clients, crainte, manque de confiance). Par conséquent, la stratégie d’acquisition de nouveaux clients était élevée et complexe. La nouvelle loi va ouvrir les portes aux nouvelles banques challengers comme Fortuneo et ING Direct. Les banques vont devoir prendre la parole, échanger, s’humaniser, offrir plus de services personnalisés pour convaincre.

Quels nouveaux enjeux : banque et digital ?

  • 44 % des personnes interrogées utilisent les réseaux sociaux comme source d’informations bancaires (enquête mondiale 2012 sur les services bancaires aux particuliers).
  •  71 % des clients font appel à leurs proches lorsqu’ils ont besoin d’informations sur les produits bancaires.
  •  Plus de 50 % des clients souhaitent bénéficier à certains moments clés de leur vie d’un accompagnement expert complet. (Étude Stanwell consulting 2013 ).

La banque, est un des secteurs qui génère le plus de mentions sur la toile : demande d’avis, plaintes, avis positifs, prêts, emprunts, NFC, phishing, carte bancaire… L’écoute méthodique et stratégique des conversations digitales autour de la banque, ses services devient essentielle pour une meilleure compréhension des clients.

Les banques, grâce à leur écosystème (site, appli, réseaux sociaux, services), devront capter les différents moments de vie où les prospects sont enclins à changer de banque pour en faire des clients. Les établissements bancaires devront communiquer encore davantage sur leurs solutions d’accompagnement de leurs clients au quotidien, pendant ces mêmes moments de vie pour développer les comptes et les fidéliser sur le long terme.

L’enjeu principal pour les banques est de rassurer et de convaincre : transparence, accompagnement, humanisation. Une banque c’est avant tout des personnes, une proximité. Les internautes croulent sous une multitude d’offres bancaires mais aussi sous les avis, les comparateurs, les classements qui en font des consommateurs avertis et plus difficiles à convaincre.

Se différencier pour fidéliser

Les banques doivent se différencier de leurs concurrents au niveau serviciel et relationnel. Aujourd’hui, et encore plus après le 6 février, on choisira une banque pour : ses offres, son prix, le service client, le bouche-à-oreille (recommandation sociale : parents, amis, collègues). La personnalisation permet également d’acquérir une meilleure connaissance du client. Les consommateurs utilisent régulièrement leurs moyens de paiement. La banque fait partie de leur quotidien. L’enjeu est de renforcer cette relation par un véritable accompagnement pour créer un lien durable. Il faut dorénavant être disponible sur le Web pour simplifier l’échange. Exemples : Hello bank dispose d’un chatbot. Beaucoup de clients ne veulent plus se déplacer en agence et préfère rentrer en contact avec un conseiller sur le Web. BNP Paribas offre un service après-vente sur Twitter, Natwest diffuse une foire aux questions vidéo via Twitter.

Un multiple défi à relever pour les banques

  •  La marque : une banque qui apporte la preuve de son positionnement, son image de marque par des actions concrètes
  • Humaine : s’engager dans des causes sociales ou économiques sur lesquelles, être légitime et agir pour avoir un impact positif
  • Proche : mettre tout en œuvre pour répondre à ses clients et créer un véritable accompa-gnement au quotidien
  • Accessible : se montrer transparente, expliquer clairement ses offres et démarches.
  • À l’écoute : être réactif, anticiper, améliorer ses services et répondre aux attentes réelles des utilisateurs, suivre les besoins des internautes.

Sources :

Enquête mondiale 2012 sur les services bancaires aux particuliers.

Étude StanWell consulting 2013

Stratégies n°1889 : Banques, l’heure du big bang ?

Publié dans Pix Digital | Marqué avec , | Commentaires fermés
 
/ Digital
/

Digital

Retour sur la conférence « eSport : Comment faire partie du jeu ? » du 2 février 2017 :

Strategies a organisé une conférence sur l’e-sport le 2 février 2017 afin de mettre en avant l’investissement croissant des marques sur ce marché. L’e-sport permet de sponsoriser une équipe ou des événements liés aux jeux vidéo. L’e-sport englobe les équipes, les événements, les organisateurs d’événements, les sponsors et les diffuseurs. Aujourd’hui les marques grand public s’en emparent pour toucher une cible difficile à atteindre les 15-24 ans.

IMG_2809

 Tendances de l’e-sport :

L’e-sport est devenue une activité de masse avec une participation de 29% en 2005 contre 52% en 2016. Le jeu vidéo est devenu la deuxième industrie culturelle en France après le livre. En effet, 70 % des français admettent jouer occasionnellement soit 34 millions d’individus, une part importante qu’il ne faut pas négliger.

Le profil des joueurs a évolué depuis 2000 où la moyenne d’âge était de 20 ans contre 34 ans en 2016. Cela s’explique par le fait que les jeunes des années 2000 ont continué à jouer et le font encore aujourd’hui. L’utilisation des mobiles a fortement augmenté ces dernières années, cependant les joueurs sont plus nombreux à jouer sur consoles.

Le chiffre d’affaires du marché du jeu vidéo, 2,87 milliards (consoles, accessoires consoles jeux vidéo marché physique et dématérialisé) confirme son dynamisme et l’évolution positive du secteur. En 2015, Call of Duty et Fifa 16 étaient les 2 meilleures ventes en dépassant le 1 million de ventes. Ce record montre la performance de cette industrie qui réussit à innover et se renouveler pour satisfaire une demande croissante.

L’e-sport est une compétition, dès qu’il y a un affrontement entre deux joueurs ou deux équipes au sein d’un jeu vidéo. Les jeux favoris dans l’e-sport sont Fifa, NBA 2K, Counter Strike. 26,3 % des internautes (surtout un public masculin âgé entre 18-24 ans) déclare avoir regardé une compétition e-sport selon une étude de Mediametrie. Cependant, les jeux sur mobile connaissent un succès de plus en plus grandissant comme le jeu Clash of Clans ou Candy Crush qui ont constitué 75 % des revenus sur iPhone, 90 % sur Android pour leurs éditeurs. Les derniers vainqueurs de League of Legend 2016 World Championship ont remporté le « prize pool » soit plus de 1 million d’euros. Cet événement très populaire a rassemblé beaucoup de monde et a comptabilisé plus de 43 millions de connexion en 2016.

Dans l’écosystème du e-sport sont présents plusieurs acteurs. Tout d’abord, les organisateurs de tournois dont les 2 principaux sont ESL et ESWC. Ensuite, il y a les diffuseurs comme par exemple Twich, Youtube et maintenant de nouveaux apparaissent : Canal + et BeIN Sports. Et pour terminer il faut compter sur la présence dynamique des spectateurs qui assistent aux événements nationaux et internationaux.

Sportlab a mené une étude et souligne que 33% des français pensent que l’e-sport revient à faire du sport devant la télé. Ils ont identifié 4 populations pour leur étude : les gamers, les exposés, les compétiteurs et les prospects (ils aiment les jeux vidéos mais ne connaissent pas encore l’e-sport). L’audience est masculine surtout parisienne et ils ont constaté que 17% de la population française s’intéressent au e-sport. Leur investigation fait ressortir que les valeurs liées au e-sport sont les suivantes : 20% spectacle, 38% performance, 37% plaisir, 36% stratégie… Sportlab a posé la question suivante aux personnes interrogées : « Quelles sont vos attentes par rapport aux partenaires de l’e-sport ? » et 43% ont répondu « l’accès au grand public » et 57% « le soutien financier ».

L’e-sport possède une partie compétition mais aussi divertissement avec les live, commentaires, steams. Les commentateurs comme lDomingo anime et commente les championnats de jeux vidéos. L’encadrement du e-sport a évolué avec l’apparition de contrats pour les plus grands joueurs qui font des transferts dans d’autres équipes.

Comment les marques peuvent investir ce marché ?

Les spécificités de l’e-sport sont le talent et l’aspect humain. Il est important de les prendre en compte pour toucher la communauté. En effet, la communauté des gamers est particulière. Il faut en connaître les codes afin de s’adresser au mieux à eux. Plusieurs marques grand public commencent à entrer dans ce domaine pour y être présente et atteindre une cible souvent proche de la cible du football les 15-24 ans.

KFC en partenariat avec la FFF lance la KFC E-Football Cup en association avec XBOX, un tournoi de foot virtuel sur le célèbre jeu vidéo FIFA 16. La marque va mettre en place plusieurs bornes de jeu XBOX dans plusieurs de ces restaurants. L’objectif est de gagner en notoriété et de générer du trafic.

Dans l’e-sport, toutes les entreprises peuvent sponsoriser mais il faut avoir un projet auprès de la communauté. Elle doit se demander si sa cible correspond à l’e-sport. Si ce n’est pas le cas, il existe d’autres moyens : achat media, évènementiel, sponsoring team…

Avant de se lancer, les marques doivent se poser quelques questions comme par exemple : quel est l’intérêt pour la communauté ? Pour les fans ? Vers où on veut les emmener ? Après cela, elles choisissent un jeu vidéo spécifique pour toucher leur audience ciblée. En effet, les communautés sont différentes selon les jeux.

 

Publié dans Pix Digital | Marqué avec , | Commentaires fermés
 
/ Digital
/

Digital

Qu’est-ce qu’un bot et à quoi cela peut-il servir ? Est-ce l’avenir du web ?

Un bot ou chatbot est un programme reposant sur l’intelligence artificielle. Cette technologie, considérée comme une application est souvent intégrée sur des plateformes de messagerie. L’objectif principal est d’interagir avec les utilisateurs en étant disponibles 24h/24 et 7j/7, en répondant et satisfaisant toutes leurs attentes en temps réel. On peut utiliser un bot pour différentes requêtes et contexte de situation comme par exemple commander un taxi, réserver un billet de train ou bien encore demander la météo.

 bot-avenir-du-web

La personnalisation : la clé du digital



Dans cette innovation, on trouve une véritable personnalisation et contextualisation de l’expérience utilisateur. Notamment par le fait que les chatbots sont capables de répondre à une question à partir d’un texte écrit. Ils peuvent également analyser la voix de l’utilisateur et ainsi savoir son état mental actuel lors de la conversation. De plus, le bot a des données sur son interlocuteur afin de faciliter le processus de recherche en l’orientant vers un service ou produit qui répondra le mieux à son attente.

Le développement de ces techniques de personnalisation est une stratégie essentielle auprès des entreprises qui doivent s’adapter précisément aux besoins des utilisateurs. Ainsi un lien de proximité doit être créé avec ce compagnon qui à terme fidélise l’utilisateur. Ces robots sont de plus de plus semblables à un être humain dans leur manière d’interagir ce qui permet une meilleure approche des attentes des consommateurs.

Une avancée technologique qui connaît un fort développement

Le bot représente un marché en pleine expansion. En effet, les entreprises doivent innover dans les chatbots pour faire face à une concurrence rude. Les chatbots représentent une part importante du marché. Selon E-Marketer, 75% des utilisateurs de smartphones dans le monde ont utilisé une application de messagerie en 2015. Cette technologie a su rapidement se développer auprès des utilisateurs grâce à leur maniement rapide et accessible à tous.

Cette nouvelle technologie représente un important business pour les entreprises, comme le démontre l’application chinoise : WeChat. Cette application est à la base d’un service de messagerie et est devenue un point central où se greffent plusieurs services digitalisés afin de répondre aux besoins et attentes les plus diverses et variées des utilisateurs. Elle permet aussi de créer des bots par ses développeurs tiers ce qui a créé son succès à l’international. WeChat regroupe de multiples services et est utilisé par plus de 700 millions d’utilisateurs actifs par mois. Un phénomène semblable existe aux Etats-Unis avec l’application : Slack. Ce service de chat par équipe a pour objectif de favoriser le travail en groupe, en facilitant la communication et l’échange d’informations au sein d’une même entreprise. Pour les nouveaux adhérents, un bot a été mis place pour les aider à découvrir l’application et ce système de bots continue à se développer dans Slack.

Des grandes entreprises ont su mettre en avant une assistance virtuelle qui va permettre de répondre à toutes les questions des internautes et rendre certains services en direct. Notamment Apple avec Siri, Google avec Google Now ou Cortana pour Microsoft. En 2016, l’entreprise Natixis a été récompensée grâce à son agent virtuel qui a été élu Mister Client 2016, un événement créé par Thierry Spencer, directeur associé de l’Académie du service.

Un service individualisé

Le géant des réseaux sociaux, Facebook a annoncé lors de la conférence F8, le lancement de plusieurs chatbots sur Messenger, application utilisée par 1 milliard d’utilisateurs chaque mois. Les entreprises peuvent ainsi installer leurs chatbots et répondre aux questions des utilisateurs via ce réseau social. L’objectif de Facebook est de proposer aux entreprises un véritable service individualisé pour les internautes. En effet, cette application pourra répondre à leurs moindres besoins via leurs smartphones sans passer par des intermédiaires. L’un des premiers partenaires français de Facebook est la SNCF, qui va profiter de ce nouveau marché pour faciliter la réservation de billets.

Cette nouvelle stratégie va permettre à Facebook, qui est financé par les revenus publicitaires, une monétisation durable avec des annonces publicitaires. Mais aussi de prouver que ce réseau est capable de réunir des marques proposant divers services aux clients.

De nombreuses innovations

L’autre géant des réseaux sociaux, Twitter a annoncé début décembre 2016 deux nouvelles fonctionnalités les « Welcome Messages » et les « Quick Replies » sur Direct Messages. Twitter cherche avec ces innovations s’imposer sur le marché en proposant un service de plus en plus personnalisé. 40% des utilisateurs de Twitter se servent de Direct Messages pour contacter les marques et d’après une étude menée par Twitter et Applied Marketing Science, 44 % des utilisateurs font part de leur bonne expérience si la réactivité d’une marque ne dépasse pas 5 minutes.

En France, Orange a été le premier a utilisé ces deux nouveautés. Notamment dans sa campagne #BigNoël en sortant son « Chris Mas » chatbot sur Twitter. En effet, lorsqu’une conversation client démarre, s’affiche automatiquement les « Welcome Messages ». Cette stratégie s’est poursuivie avec l’utilisation des « Quick Replies », qui offrent la possibilité de choisir dans une liste de questions prédéfinies celle qui correspond à leur besoin. La marque de télécommunications cherche à améliorer l’expérience client en mettant l’accent sur la personnalisation dans la relation client.

Un phénomène qui ne cesse de croître

Ce phénomène croissant des bots peut présager que dans le futur tous les services seront regroupés sur une seule plateforme, à l’image de WeChat. Cette centralisation permettra aux utilisateurs de se connecter à un seul endroit et disposer de toutes leurs données.

Pour optimiser l’expérience et développer la satisfaction client, Pix Associates vous propose un accompagnement stratégique de personnalisation de l’expérience utilisateur. Cela permettra à votre entreprise de répondre le plus précisément possible aux demandes de vos clients, n’hésitez pas à contacter notre équipe.

Sources : [1] yubigeek.com ; [2] numerama.com ; [3] sciencesetavenir.fr ; [4] lemonde.fr  [5] usine-digital.fr ; [6] actimag-relation-client.com ;  [7] strategies.fr

Publié dans Pix Digital | Marqué avec , | Commentaires fermés
 
/ Digital
/

Digital

Comment réussir son Live vidéo ?

Depuis le lancement du live vidéo par Facebook en Janvier 2016, ce mode de diffusion est en plein boum. Preuve en est, Instagram a emboîté le pas du géant Facebook en 2 temps 3 mouvements. Alors si vous aussi vous souhaitez réussir votre live vidéo, voici quelques conseils à suivre :

Le live Video

Le Contenu

Dans un premier temps, il est important de bien définir le contenu à diffuser. Il est important que le live apporte quelque chose aux personnes qui le suivent. Par exemple, il serait pertinent lors d’un événement de montrer le côté coulisses, un côté que le spectateur n’aurait pas pu découvrir seul. De plus un petit entraînement ne fait pas de mal (surtout si vous n’êtes pas à l’aise à l’oral). Pas de panique, Facebook a pensé à nous avec une possibilité de test dans les conditions du direct.

L’anticipation

Dans un second temps, il est important de donner de la résonance à son live. En effet, si aucune personne de votre communauté n’est au courant de la diffusion de votre vidéo, comment pourraient-ils la suivre ? Avec de la chance ? Il ne vaut mieux pas s’y risquer. C’est dans ce sens qu’il est important de « teaser » son live vidéo, à l’instar d’un film qui sort en salle, un peu de promotion cela ne fait pas de mal. Une semaine avant votre Live, vous pourrez publier un message en indiquant la date du live ainsi que son contenu. Il est bien entendu conseillé de faire des rappels tout au long de la semaine pour mobiliser un maximum de personne.

La durée

Troisième point, il est important que le live soit concis. Aucune durée idéale n’est prescrite, cela dépendra bien entendu du sujet traité, c’est dans ce cadre qu’il est plus opportun de séquencer son live si la durée d’un événement est trop importante. Cela vous permettra de garder l’attention de vos followers. La durée du live ne doit cependant pas être trop courte au risque de ne pas attirer assez de personnes.

L’interaction

La gestion de sa communauté est primordiale et l’interaction qui va avec forcément. Il est donc important d’entretenir une relation avec elle lors du live. Avec les nouvelles fonctionnalités présentes sur le live Facebook, les spectateurs peuvent désormais réagir avec «Live Reactions» et commenter les lives. Il est conseillé de privilégier l’interaction et de briser la glace en les appelant par leurs prénoms par exemple. Si la communauté est trop importante, faites appel à votre community manager, il se chargera de tout.

Optimiser son enregistrement

Afin de proposer un live de qualité à sa communauté, le choix de son environnement est important. Il faut d’abord choisir un lieu avec une connexion wifi de bonne qualité avec un signal fort pour éviter tout problème de connexion à ses spectateurs. Le choix d’un lieu qui se prête au live avec une bonne luminosité, sonorité et un espace adapté sont également conseillés.

Soigner son entrée et sa sortie

En rédigeant une description accrocheuse et une bonne closing line de qualité, c’est une bonne partie du travail qui est faite. En effet, votre communauté sera plus encline à suivre le live vidéo si le diffuseur réussit à capter l’attention de ses fans et les aiguilles sur le sujet traité. Il en va de même pour votre phrase de clôture qui idéalement pourra « teaser » un prochain live.

Vous l’aurez compris avec une place toujours plus importante dans le paysage de la communication, la maîtrise du live vidéo est devenue essentielle. Nous espérons qu’avec ces 7 petits conseils, vous deviendrez des experts. Pour être conseillé de façon stratégique, n’hésitez pas à contacter notre équipe e-marketing directement par téléphone ou via le formulaire de contact.

Sources : [1] strategies.fr ; [2] pellerin-formation.com  ; [3] social-medias-for-you.com

 

 

Publié dans Pix Digital | Marqué avec , | Commentaires fermés
 
/ Digital
/

Digital

Un contrat de maintenance pour garantir la pérennité de votre site web

Considéré comme un produit évolutif avant tout, un site internet nécessite une actualisation fréquente de ses contenus et fonctionnalités pour fidéliser et favoriser une bonne expérience utilisateur auprès des internautes. Cette mise à jour régulière aura également une incidence sur le positionnement de votre site dans les pages de résultats de recherche (SERP). Perçue comme une assurance, la souscription à un contrat de maintenance technique vous permet de bénéficier des interventions de notre équipe sur votre site, tout au long de l’année.

contrat-maintenance-site-seo

Quelles actions de maintenance assure Pix Associates ?

Pour améliorer la performance de votre site et garantir sa pérennité, notre équipe met à votre disposition ses services. Les actions liées à la maintenance de site étant nombreuses, en voici une liste non exhaustive de celles comprises dans votre contrat :

  • mise à jour du contenu du site (textes, images)
  • ajout de nouveaux éléments (pages, bouton, icône…)
  • mise en conformité de votre site avec les lois en vigueur
  • mise à jour du CMS ou de la plateforme technique
  • sauvegarde des fichiers du site (configurations, base de données)
  • mise en place de scripts automatisés
  • corrections de bugs ou de failles de sécurité
  • tests, suivi et gestion de projet

Le contrat de maintenance est valable pour une d’une durée d’un an, et se renouvelle de façon automatique. Il vous permet de faire appel à notre équipe à tout moment pour toute demande concernant la gestion de votre site. Une équipe dédiée est missionnée pour répondre au mieux à vos besoins et aux urgences qui nécessitent une intervention immédiate.

Déléguer la maintenance technique de votre site vous permet de rentabiliser le temps pour mettre en place d’autres actions. La gestion et l’administration d’un site pouvant parfois s’avérer plus ou moins complexes, en confiant l’intégration de contenus et le développement web de votre projet digital à nos experts, vous n’avez aucune inquiétude à avoir concernant les demandes d’évolution ou d’optimisation réalisées sur votre site. Pour garantir une transparence avec la clientèle, notre équipe établit un suivi régulier des interventions.

Quel est l’impact de la maintenance de site sur le SEO ?

En 2010, l’algorithme Caféine associé au système d’indexation de Google a été déployé. Il permet aux robots du moteur de recherche de crawler puis d’indexer une page de façon instantanée. Dans les SERP, la qualité, la pertinence ainsi que la fraîcheur des contenus d’un site sont valorisées. Ainsi, le référencement naturel de votre site dépend en partie de sa mise à jour régulière.

A lire aussi : Modifier la date de publication de ses contenus impacte-t-il le trafic d’un site ?

L’ajout de contenus aux formats diversifiés (textes, images, vidéos…) permet d’axer sa stratégie autour de la recherche universelle, ce qui accroît vos chances d’être bien positionné dans les pages de résultats. D’une façon générale, les nouveaux contenus contribuent à couvrir un nombre de requêtes plus important, et de ce fait, à générer un meilleur trafic sur un site.

D’autre part, un site bien actualisé peut rapidement devenir une référence et obtenir des back-links. La stratégie de netlinking constitue un levier webmarketing à ne pas négliger, puisqu’elle permet d’améliorer la position d’un site dans les SERP selon la pertinence des sites pointant vers celui-ci.

Le moteur de recherche n’est pas le seul à apprécier les contenus frais. En effet, pour fidéliser les visiteurs de votre site, vous devez leur proposer de nouveaux éléments dans le but de capter leur attention. Vous l’aurez compris, l’actualisation du contenu d’un site impacte son SEO, et par conséquent son trafic. Pour être conseillé de façon stratégique, n’hésitez pas à contacter notre équipe directement par téléphone ou via le formulaire de contact.

Publié dans Pix Digital | Marqué avec , | Commentaires fermés
 
/ Digital
/

Digital

SEO/SEA ou comment gagner en visibilité dans les pages de résultats ?

Lors d’une conférence du SMX West de mars 2016, l’ingénieur Paul Haahr qui travaille pour la firme Google a révélé au public que la position 10 des résultats organiques était en moyenne davantage cliquée que les positions 8 et 9 rassemblées. D’après ce spécialiste, les internautes cliquent sur le dernier lien naturel en dernier recours, afin d’éviter de consulter la seconde page des SERP.

sem-seo-sea

Le trafic d’un site étant bel et bien lié à son positionnement dans les SERP (pages de résultats Google), notre groupe Pix Associates vous propose de définir une stratégie webmarketing sur-mesure alliant SEO et SEA afin de vous démarquer de la concurrence et figurer en première page des résultats.

Résultats organiques versus résultats sponsorisés ?

Depuis février 2016, le moteur de recherche Google a déplacé les campagnes Adwords de la colonne de droite directement dans la liste des résultats. Quatre liens sponsorisés sont situés en haut de page, tandis que trois sont placés en bas de page. Avec cette configuration, la ligne de flottaison des liens organiques apparaît plus tardivement sur la page. Dans le document « Pourquoi nous vendons de la publicité, pas des résultats de recherche » [1], Google stipule que les annonces s’affichent selon un critère de pertinence, par rapport à la requête émise par l’internaute.

D’après une étude réalisée par la société britannique Ofcom : « près de 55% des internautes font la confusion entre résultats naturels et publicitaires dans les SERP de Google » [2]. Pourtant, le label vert « Annonce » permet de faire la distinction entre liens sponsorisés et organiques. Pour accroître la visibilité ainsi que la notoriété de votre site dans les SERP, il peut être intéressant d’opter pour une stratégie SEO combinée à une stratégie SEA. Ces deux leviers étant complémentaires, ils consolident la mise en place d’une stratégie digitale efficace et pérenne.

Pourquoi combiner SEO et SEA dans sa stratégie digitale ?

Selon le référenceur Olivier Andrieu, l’achat de campagnes Adwords va générer du trafic qui sera pris en compte comme un critère de pertinence supplémentaire par Google, ce qui aura pour incidence un gain SEO minimum, dans le cas d’annonces à gros budget principalement. Mettre en place une stratégie SEA permet de favoriser la visibilité immédiate d’un site dans les SERP, mais ceci de façon ponctuelle, par exemple au lancement d’un site. Avec les annonces sponsorisées, la performance des mots-clés choisis peut être testée pour le SEO, c’est une pratique de sourcing.

Tandis que les leviers du référencement naturel, tels que le netlinking, la recherche universelle ou la création de contenus, s’envisagent de façon durable et garantissent un impact sur le long terme. La stratégie SEO permet elle aussi d’améliorer le Quality Score Adwords des annonces, qui correspond à une note attribuée de 1 à 10 basée sur de multiples critères, dont la page de destination. Cette optimisation permet de faire bénéficier les annonceurs de certains avantages, tels que la baisse du CPC ou encore une meilleure position de l’annonce dans les SERP malgré la concurrence.

La combinaison du SEO et du SEA apporte à un site une double présence dans les SERP, laquelle est appréciée par de nombreux internautes. En effet, perçue comme un facteur de réassurance, cette double visibilité permet d’améliorer la légitimité et notoriété d’un site, et par conséquent d’accroître son trafic.

La position 0 convoitée en SEO

La position 0 en SEO correspond à une « position dans les résultats qui va finalement obtenir plus de clics encore que la première position » [3] selon Max Prin, SEO manager de Merkle. Cette position est représentée par l’encart de la Google Answer Box dont le fonctionnement repose sur une stratégie de « moteur de réponse ». L’Answer Box apporte une réponse directe et visible dans les SERP, suite à une question saisie dans le moteur de recherche, on parle alors de requête interrogative.

A lire aussi : Comment booser son SEO avec une stratégie de longue traîne ?

Il existe deux types d’Answer Box, à savoir les « One Box » et les « Featured Snippets ». Les « One Box » désignent les données (météo, calculs, définitions) que Google actualise en temps réel grâce à certaines sources. Tandis que les « Featured Snippets » se réfèrent à des résumés, construits à partir d’un extrait optimisé d’une page web ayant été jugée pertinente par Google par rapport à la requête saisie.

D’après l’entreprise Oncrawl, en mai 2016, 30% des requêtes sont concernées par l’Answer Box [4]. Apparue en Europe, notamment en France à partir de mars 2016, ce phénomène tend à booster le trafic d’un site. Seule une page référencée parmi les dix premiers résultats naturels peut figurer dans l’Answer Box. L’affichage en position 0 permet de profiter d’une double présence sur la première page des SERP, et ainsi de bénéficier d’un nombre de clics plus important.

Sources : [1] Google.com ; [2] Office of communications (Ofcom), « Adults’ media use and attitudes », Report 2016 (PDF) ; [3] Journaldunet.com ; [4] Oncrawl.com ; Leptidigital.fr ; Abondance.com ; Frenchweb.fr ;

Publié dans Pix Digital | Marqué avec , , | Commentaires fermés
 
/ Digital
/

Digital

Comment booster son SEO avec une stratégie de longue traîne ?

A l’occasion du salon sur le Search Marketing, le SMX West, qui s’est déroulé dans la Silicon Valley à San José, en mars 2016, des informations liées à l’algorithme RankBrain ont été révélées. Considérée comme le 3ème facteur de classement, cette technologie – basée sur l’intelligence artificielle et le machine learning – chargée d’évaluer la pertinence du contenu d’un site « n’influe aujourd’hui que sur les requêtes de longue traîne, mais devrait s’étendre à des requêtes plus classiques » [1].

La sratégie de la Longue Traine en SEO

Quand Google a révélé l’existence de son algorithme RankBrain, il n’était utilisé que pour les 15% des requêtes les plus rares. Depuis juin 2016, c’est utilisé pour toutes les requêtes. RankBrain modifie le positionnement des résultats pour de nombreuses requêtes. Il est donc très important de se concentrer sur la longue traîne. Google ne répond plus exactement aux mots tapés par l’internaute mais à une requête qui lui semble très bien correspondre. Le rôle de cette stratégie est de créer du contenu de qualité (anticipation des besoins des internautes, qualité des mots et du contenu).

A lire aussi : Recherche sémantique et pertinence en 2016.

Quels sont les impacts de la longue traîne sur le référencement naturel ?

1)    Augmentation du trafic sur son site

La stratégie de longue traîne, dite « long tail » en anglais, vise à se positionner sur des requêtes à faible concurrence. Il s’agit de requêtes précises peu émises par les internautes, qui utilisent plus de deux mots-clés générant individuellement un faible trafic, par opposition aux mots-clés génériques (populaires). Cependant, la somme de ces mots-clés annexes permet de générer 80% du trafic d’un site, contre 20% pour des requêtes plus populaires, dites de courte traîne et figurant dans le « Top des recherches ». Selon le secteur d’activité, l’effet de la longue traîne aura un impact plus ou moins conséquent sur le SEO de votre site.

2)    Amélioration du taux de conversion

Pour une stratégie SEO optimale, il est essentiel de se focaliser sur les requêtes susceptibles d’être saisies par les visiteurs via le moteur de recherche. En plus de générer un trafic important, la longue traîne permet aussi de favoriser un meilleur taux de transformation. En effet, le trafic étant plus qualifié grâce aux requêtes ciblées, les visiteurs qui naviguent sur le site ; dans le cas d’une boutique en ligne, trouveront avec plus de facilité le produit qu’ils recherchent. Par conséquent, ces internautes se sentiront davantage impliqués dans un processus d’achat.

3)    Garantie d’une meilleure visibilité dans les SERP

Exploiter la longue traîne permet aux sites de gagner en visibilité sur les moteurs de recherche, dans la mesure où le volume de recherche des mots-clés sur lesquels ils sont positionnés est plus faible. Les expressions de longue traîne disposant d’une faible concurrence, il s’agit d’un avantage non négligeable puisque cela confère à votre site une certaine légitimité et autorité d’entreprise en figurant parmi les premiers résultats. Dans le cadre d’une campagne SEA, vous pouvez également faire le choix de cibler la longue traîne pour un meilleur rendement en termes de clics.

La recherche vocale sollicite la longue traîne

En pleine expansion depuis l’arrivée des smartphones et des tablettes tactiles, la recherche vocale constitue une nouvelle façon de rechercher l’information. En ce sens, cette dernière représente l’avenir du référencement naturel et s’inscrit dans une forme de web 3.0. Selon une étude réalisée par l’outil de reporting Google Adwords (Sunny Reports) : « 60% des américains ont utilisé la recherche vocale en 2015 » [2].

La recherche vocale, proche de la recherche conversationnelle, fait appel à un langage naturel. Les internautes émettent des requêtes sous forme de question. Il s’agit de phrases longues et complexes, composées en moyenne de 4 mots-clés par recherche vocale. Toujours selon cette étude, le nombre de mots-clés énoncés tendent à augmenter, d’où la nécessité d’axer son contenu autour des expressions de longue traîne.

Pour accroître la visibilité de votre site dans les pages de résultats de recherche et obtenir un meilleur ROI, Pix Associates vous propose un accompagnement stratégique sur-mesure en termes de référencement naturel. Pour optimiser le SEO de votre site en travaillant une base lexicale solide, n’hésitez pas à contacter directement notre équipe.

Sources : [1] Economiematin.fr ; [2] Abondance.com ; Journalducm.com ; Webmarketing.com

 

 

Publié dans Pix Digital | Marqué avec , | Commentaires fermés