Millenials – La Fandom
  • Advertising
  • Branding
  • Culture Pix
  • Digital

Millenials – La Fandom

La Fandom est une contraction des mots « Fanbase » et « Kingdom », elle désigne une sous-culture propre à un ensemble de fans, c’est-à-dire tout ce qui touche au domaine de prédilection d’un groupe de personnes et qui est organisé ou créé par ces mêmes personnes.

Ce sont des portes d’entrées pour parler aux millenials

Il est de plus en plus pertinent de s’intéresser à la JAPAN CULTURE.

En effet, le Japon est la 2ème langue d’internet, le 2ème importateur de mots (par exemple « emoji ») et le 1er exportateur de contenus dans le monde. Leur cœur de vente ? les franchises médiatiques, c’est-à-dire la déclinaison de contenus vers d’autres produits (goodies, etc…).

D’ailleurs, Netflix propose de plus en plus d’animés made in Japan.

Exemple 1 : Arby’s

Les marques qui commercialisent leurs produits sur les réseaux sociaux ont le défi supplémentaire de concurrencer non seulement les autres marques de leur secteur, mais également les amis, la famille et les intérêts de leurs abonnés. Alors, comment les communicateurs peuvent-ils dépasser les échéances sociales pour créer un contenu de marque qui ne se sente pas forcé ou factice, mais plutôt frais et amusant, tout en maintenant la voix de l’organisation ?

Lors du Social Shake-Up à Atlanta en 2018, Josh Martin, directeur principal des médias numériques et sociaux chez Arby’s (chaîne de burger), a expliqué comment Arby’s s’attaquait à ce problème en mettant à profit l’une des plus grandes forces de l’Internet : la culture nerd.

Vous avez peut-être vu les publicités d’Arby’s sur vos propres réseaux sociaux, dans lesquels la société produit un film ou un jeu vidéo populaire comme Harry Potter, Pokémon ou Mortal Kombat et utilise ses aliments et/ou ses emballages pour concevoir des objets artisanaux à partir de la culture pop.

Martin a expliqué que lorsque Arby’s a commencé à faire du marketing sur les réseaux sociaux de cette manière, l’engagement vis-à-vis de ses publications n’était plus d’actualité.

Mais comment Arby’s a-t-il commencé ce processus et pourquoi at-il eu autant de succès ? Martin a expliqué que le secteur de la restauration rapide est « encombré » et que les autres marques de restaurants à service rapide dépassaient de loin les dépenses d’Arby’s en termes de budgets de marketing. Martin et son équipe avaient besoin de découvrir une nouvelle tactique pour atteindre les délais du public de manière authentique et originale.

L’équipe a commencé par le ciblage social. Les publics de sujets de niche ont tendance à être très engagés, mais ils doivent être trouvés avant de pouvoir être atteints. Le ciblage garantit que le contenu parvient aux bonnes personnes sur les bonnes plateformes au bon moment.

Il était également important de définir clairement le point de vue et la personnalité de l’entreprise sur le plan social. Lorsqu’une entreprise essaie de s’immiscer dans une conversation culturelle, en particulier lorsqu’elle implique des « fandoms » obsédés par un jeu ou une franchise de film en particulier, elle peut souvent se sentir tendue et contre nature – comme si elle essayait trop d’être « cool ».

Mais Martin a précisé que lors de la création de ces annonces, Arby’s s’attachait en priorité à privilégier la vente, la qualité plutôt que la quantité et à s’assurer que les annonces étaient pertinentes par rapport à la référence culturelle. La société a habité le personnage du fan inconditionnel – et un fan parlera toujours plus du sujet que de lui-même. Cela a aidé le consommateur à avoir un contenu réel, car il estimait que la société aimait autant le sujet qu’elle l’aimait.

Martin a également souligné que l’écoute sociale était essentielle au succès de ces publicités sociales. Cela a non seulement permis à Arby’s d’écouter les demandes spécifiques des fans existants, et écouter les a aidés à trouver des points d’entrée en temps réel, augmentant ainsi la pertinence et l’authenticité.

Surtout, compte tenu du volume vertigineux actuel d’informations sur les flux sociaux et de l’aversion des publics pour les publicités, il est crucial de prendre des risques pour pouvoir toucher votre public. Martin a conseillé aux participants de ne pas avoir peur d’être différents. Ne croyez pas que vous devez commercialiser d’une certaine manière à cause du secteur dans lequel vous êtes. Enfin, ne cessez jamais de mettre à l’essai et de faire évoluer votre stratégie sociale.

https://www.prnewsonline.com/arbys-dared-to-be-different-on-social-media

Exemple 2 : Wendy’s

Lors de la semaine de la publicité à New York, la salle comble a posé une question à Kurt Kane, responsable des concepts et du marketing chez Wendy’s (chaîne de burger elle aussi). De combien d’approbations l’équipe des médias sociaux de Wendy a-t-elle besoin avant de publier un tweet ? La réponse de Kane : zéro.

Il y avait de bonnes raisons de demander. Le géant de la restauration rapide basé à Dublin, dans l’Ohio, célèbre pour avoir torréfié ses concurrents sur Twitter, notamment le plus grand rival McDonald’s, est devenu un chouchou des médias sociaux et une étude attentive des spécialistes du marketing.

Depuis son échange de tweet avec un adolescent l’année dernière, il a réussi à marquer le plus de retweets de tous les temps et à lui faire gagner un an de pépites de poulet gratuites de Wendy’s. Les fans ont créé de nombreuses versions animées de la mascotte rousse de Wendy sur Internet, et de nombreuses vidéos YouTube ont été créées uniquement pour mettre en valeur ses tweets.

Le vent arrière ne s’est pas arrêté là. Après une bataille de rap avec son rival Wingstop, Wendy’s a présenté en mars une mixtape à cinq pistes intitulée « We Beefin’? » À de bonnes critiques. Une piste a même dépassé le tableau viral mondial de Spotify.

Ce genre de bourdonnement a attiré l’attention de nombreuses entreprises, qui se sont tournées vers Wendy, désireuses d’apprendre sa sauce secrète.

« Ils sont vraiment intéressés à essayer de comprendre comment nous faisons ce que nous faisons », a déclaré Kane dans une interview, ajoutant que Wendy’s avait reçu des demandes de renseignements même de « certaines des plus grandes entreprises ».

Wendy’s répond donc à l’irrévérence par l’irrévérence.

https://www.forbes.com/sites/andriacheng/2018/10/08/wendys-twitter-roasts-have-become-the-envy-of-marketers-heres-how-it-does-it/#2ea04c84fea4

Millenials - Une génération polymorphe Les poissons d'avril 2019

Un projet

Parlons-en !
Contact
  • © Pix Associates
Pix Associates - Logo blanc

Pour une expérience optimale, veuillez utiliser votre mobile ou tablette en mode portrait.