Quelles types de classifications des contenus choisir pour son site ?
  • Advertising
  • Branding
  • Culture Pix
  • Digital

Quelles types de classifications des contenus choisir pour son site ?

Construire une arborescence implique de définir une logique d’accès aux contenus. Cette logique peut se baser sur différentes approches, propriétés des contenus ou services.

1 – Classification par source

La classification des contenus reflète la structure interne du groupe qui les produit. C’est souvent le cas dans les intranets, dont la structure reflète la structure interne de l’entreprise.

Avantages : Cette approche a pour le producteur l’avantage de simplifier le processus de contribution, en assurant des limites claires à la responsabilité de chaque contributeur. Pour un intranet, cela peut être un choix approprié.

Inconvénients : Pour un site à vocation grand public, ce type d’approche est généralement à éviter.
En effet, la structure interne reflète rarement les réels besoins et attentes des utilisateurs. D’autant plus lorsque la structure interne leur est totalement inconnue. Les utilisateurs qui n’ont d’autres choix que de venir chercher l’information sur le site passeront par un apprentissage plus ou moins long et laborieux. L’expérience utilisateur en sera dégradée.

2 – Classification par source de contenu

Une classification que l’on retrouve souvent sur les sites de contenu multimédia est une approche par nature de contenu ou par gabarit de page.

Avantages : Un site pourra être segmenté en articles, agenda, annuaire et vidéos. La nature du contenu peut être une façon d’accéder à un contenu de longueur appropriée et répondre à des besoins utilisateurs.

Inconvénients : Une classification trop segmentée risque de faire passer l’utilisateur à côté de ce qu’il cherche, s’il ne s’oriente pas dans la bonne section. Si l’internaute recherche une information précise sur un sujet, la classification par type de contenu peut créer de la confusion.

3 – Classification « thématique »

Il s’agit d’une classification classique. La répartition thématique s’adapte bien à tout type de site de contenu éditorial. Le tri par cartes est une méthode qui permet de guider les choix dans la définition de l’arborescence du site. Chaque page est représentée par une vignette / post it et chacun commente et interagit pour positionner et placer les contenus.

Avantages : Pour procéder à ce type de classification, il est intéressant d’impliquer les utilisateurs : cela créé de l’engagement mais aussi cela favorise l’appropriation de l’outil.

Inconvénients : Il faut prendre le temps de créer des réunions de groupe pour prendre en compte les « vues » de chaque groupe sur les thématiques à mettre en avant.

4 – Classification par besoin

Le classement met en avant les attentes et besoins des utilisateurs finaux. Cette approche s’adapte particulièrement aux sites proposant des services pour des besoins bien identifiés. Une approche par besoin implique des processus de production de contenus plus complexes. Il est indispensable de baser sa classification sur une connaissance des besoins réels des utilisateurs et de leurs comportements.

Avantages : Réussir une approche par besoin requiert donc soit d’avoir une très bonne connaissance de ses utilisateurs, soit de réaliser une expression de besoin autour de leurs attentes par rapport au site (entretiens, études, sondages, focus groupe).

Inconvénients : Cette approche nécessite un certain coût en termes de temps passé et d’organisation.

5 – Classification par profil utilisateur

Si les besoins des utilisateurs identifiés sont vraiment différents, il est facile de les répartir dans un profil dédié. Il est alors possible de classer les contenus dans des rubriques qui se rapportent directement à ces profils. L’utilisateur s’y reconnait et s’oriente directement vers les contenus qui lui sont adressés.

Avantages : Cette approche est particulièrement adaptée pour les sites de service présentant des offres différentes pour différentes cibles.

Inconvénients : Cette approche nécessite de bien connaitre ses différentes cibles en amont et d’avoir un nombre de profils distincts entre 3 à 4. Au-delà cette démarche deviendrait fastidieuse et risquerait de provoquer un déséquilibre dans l’arborescence en fonction du type de profil choisi.

Positionnement et format des publicités Storytelling, joue-la comme Pixar

Un projet

Parlons-en !
Contact
  • © Pix Associates
Pix Associates - Logo blanc

Pour une expérience optimale, veuillez utiliser votre mobile ou tablette en mode portrait.